Forêt d'Ymir

Si vous pouviez basculer dans un autre monde, si vous pouviez incarner un personnage magique. Le feriez vous? Voulez vous faire ce RP? Pour cela Bonne humeur et Bon niveau d'écriture requis!!
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ombre de la forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellami Owladen
Aventurier égaré
Aventurier égaré
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 22
Localisation : Sous la pluie...
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: L'ombre de la forêt   Dim 14 Mar - 15:03

Naïa&Ellami


Les arbres étaient grands. Leurs branches, longues et les feuilles vertes comme des émeraudes. Le vent soufflait tellement que par endroits, il arrachait les cheveux d'Ellami.
Elle s'était mise en route dix jours plus tôt. La route était longue du Sud jusqu'à Sayandra et cet itinéraire n'était pas des plus sûrs. Elle venait à peine de quitter sa famille mais voilà qu'elle revenait déjà dans sa ville natale. Elle avait en effet promis à son maître de magie de lui conter sa première aventure, à lui qui n'avait jamais quitté la ville des Elfes et qui rêvait de voyager. Ellami n'en était pas fière mais il y avait une autre raison qui la poussait à revenir si vite. Son aventure de la taverne lui avait confirmé que sa mère Emi vivait dans un rêve de paix et il fallait qu'elle lui en fasse part. En effet, elle pensait que personne ne s'attaquerait à sa fille chérie mais Ellami n'avait pas été dupe. Emi était toujours sûre d'elle et n'acceptait pour rien au monde ses erreurs, ce qui agaçait sa fille au plus haut point. Elle ne s'en apercevait jamais, compte tenu de la discrétion d'Ellami, qui avait d'ailleurs décidé de ne pas refaire cette erreur face à sa famille. Mais pour cela, elle aurait besoin d'aide et de temps...
Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas que le temps s'assombrissait dans la forêt d'Ymir. Elle était à la moitié de son périple vers Sayandra et doutait de plus en plus de sa décision. Elle devait faire une halte avant la tombée de la nuit pour réfléchir plus calmement. Soudain, Ellami vit une ombre passer au loin. Elle quitta le sentier de terre et gagna le sommet de l'arbre le plus proche, par simple prudence. Sa faible mais fructueuse expérience lui avait appris à n'être sûre de rien. Quelques temps plus tard, elle vit une jeune femme approcher, mais elle n'était l'ombre aperçue, Ellami le sentait. Trop absorbée par la contemplation de la créature qu'était la passante, elle ne remarqua pas que l'inconnue s'était arrêtée, scrutant les alentours, et ne remarqua pas non plus que son pied gauche glissait sur la branche vermoulue. Elle sentit ses jambes se dérober sous elle. Le buisson dans lequel elle tomba amortit sa chute mais elle ne fut pas pour autant épargnée. Ses bras étaient écorchés, tout comme son visage, ce qui renforçait son aspect de petite chose sauvage. La jeune hybride avait également remarqué sa chute car, désormais, elle s'approchait lentement vers le buisson, poignard à la main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Niils Elendir
modo volontaire
modo volontaire
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 403
Localisation : Où l'envie me vient d'y faire un petit tour ...
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: L'ombre de la forêt   Dim 14 Mar - 20:28

Enfin le printemps arrivait. Naïa le remarqua à la chaleur que lui procurait le soleil et aux teintes baignées de lumière de la végétation alentour. Il faut préciser qu’à cet instant la jeune demie elfe se trouvait à l’orée de la forêt d’Ymir, non loin de l’endroit où elle était passée quelques temps auparavant, en compagnie de Hélix, Elias et bien sûr Willy.
Son esprit s’égara en repensant à ces instants de joie et de paix.
Il lui fallait pourtant se dépêcher. La nuit n’allait maintenant plus tarder à tomber et si elle voulait pouvoir se préparer un campement digne de ce nom, valait mieux pour elle être en avance sur le crépuscule.
Naïa inspira alors un grand bol d’air et se remit en marche.

Cela faisait longtemps, depuis qu’elle avait quitté les plaines d’Ûr, qu’elle rêvait de trouver le lieu de la rencontre entre ses parents. Elle savait la cité des elfes profondément cachée au milieu de la forêt d’Ymir, mais peu importait. Elle avait tout son temps.
Avant de partir, elle s’était procuré une magnifique jument nommée Alezane, docile et énergique. Le maréchal-ferrant qui la lui avait vendue criait alors haut et fort que ses bêtes gagnaient les meilleures courses, dressées par des professionnels et qu’il était client de l’Armée Impériale elle-même. Naïa paya cher la jeune jument, mais en était satisfaite.
La jeune voleuse, grâce à un petit butin (elle avait tendance en ces moments de se laisser aller à garder l’argent pour elle, plutôt que de le redistribuer comme elle le faisait habituellement), s’était offert les soins d’un forgeron faisant partie de son cercle d’amis, qui avait accepté d’aiguiser ses lames et réparer son épée, que Naïa savait en piteux état.

Tenant la bride de l’étalon, son sac maladroitement calé sur la selle, elle avançait tranquillement. Un œil inexpérimenté aurait pu voir en son attitude de l’hésitation, comme si, perdue dans la forêt, elle prenait peur de l’obscurité grandissante. En vérité, la fine silhouette qui se faufilait silencieusement entre les arbres guettait. Un bref frisson l’avait parcourue lorsque, en se retournant, elle avait entr’aperçue un mouvement sur sa droite. Elle se sentait observée. Alors qu’elle venait de repérer une clairière et se dirigeait vers elle, un bruit de cri étouffé et de chute la fit se retourner. Quelque chose bougeait dans un buisson proche, sans que Naïa ai pu dire de quelle nature était-ce. Vivement, elle accrocha la bride de sa jument à un tronc proche, sorti une lame de sa ceinture et, sans aucun bruit, marcha jusqu’au buisson.
Tous ses sens en alerte, elle se pencha précautionneusement au-dessus.
Ce qu’elle vit la laissa sans voix. Alors qu’elle s’attendait à un animal ou à un rôdeur, elle avait devant elle une jeune fille, vêtue de friches, les bras et le visage griffés, surement lors de sa chute puisque d’une estafilade sur sa joue perlaient encore quelques gouttes de sang.
Sa situation n’avait rien d’offensif, ni son allure, ni le regard ébène qu’elle lui lança. Naïa recula tout de même *Ne pas se fier aux apparences… Ne pas se fier aux apparences…* était une litanie qu’elle se répétait sans cesse, tant une erreur vite arrivée pouvait être fatale.
Elle reculait, donc, laissant le temps à la jeune elfe (ses traits fins, ses oreilles pointues et ses yeux légèrement en amande ne trompaient personne) le temps de se relever. Cela permettait à Naïa une meilleure observation, au cas où un combat aurait lieu, et si sa jeune adversaire décidait de fuir au moins en aurait-elle le temps. Enfin, pas avant lui avoir dit pourquoi elle l’observait depuis déjà une dizaine de minutes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellami Owladen
Aventurier égaré
Aventurier égaré
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 22
Localisation : Sous la pluie...
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: L'ombre de la forêt   Mer 17 Mar - 17:22

*Que faire, que faire !! Je le savais que je ne devait pas la regarder aussi longtemps !! * Ellami envisagea de s'enfuir. Elle esquissa un mouvement pour partir mais le buisson dans lequel elle était tombée lui plantait ses épines dans la peau. Elle ne pouvait pas bouger.
- Pourquoi m'observais-tu ? demanda la splendide inconnue.
Allons bon, elle l'avait vu. Ellami réfléchit. Si jamais elle lui disait qu'elle la trouvait magnifique, la jeune femme se moquerait d'elle et la laisserai seule, ce qu'elle ne souhaitait pas le moins du monde. Mais alors, que faire ? La seule issue possible était d'enjoliver la vérité. La jeune elfe ouvrit la bouche pour lui donner une explication mais aucun son n'en sortit. Elle avait peur. Pourtant, il n'y avait pas de méchanceté dans les yeux de... Comment s'appelait-elle ?
- Je... Je... J'ai été pétrifiée par votre... votre... Vous êtes très belle. Je n'avais jamais vu quelqu'un comme vous.
Ellami écarquilla les yeux, stupéfaite elle-même par ses propos. La vérité était spontanément dévoilée.
*Comment s'appelle t'elle ?!*
Cette pensée résonnait dans sa tête et cela tournait à l'obsession. Deux voix se disputaient intérieurement.
*Quel... est... son... nom !!!*
*Mais voyons, ne lui demande pas, tu risquerais de paraître sans manières !*
*Je veux son nom!!*

Elle enchaîna alors, tout simplement.
-Je suis Ellami Owladen.
Elle espérait de tout coeur que la jeune inconnue se présenterait à son tour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Niils Elendir
modo volontaire
modo volontaire
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 403
Localisation : Où l'envie me vient d'y faire un petit tour ...
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: L'ombre de la forêt   Dim 21 Mar - 23:06

Le temps s’arrêta à ces mots. Seule une mouche trouva sa place dans ce blanc extraordinaire que venait de créer la jeune elfe. Les deux femmes se toisaient, à quelques mètres l’une de l’autre, toutes deux dans une attitude défensive. Naïa aurait pu baffer son interlocutrice tant elle était stupéfaite par ses propos. Or elle n’aimait pas ce genre de situation gênante où aucune des deux personnes ne sait comment réagir ni quelle va-t-être la réaction de l’autre.
Pourtant, elle n’en fit rien. Lorsqu’elle reprit la parole, la voix de la jeune fille sonna étrangement dans ce silence seulement troublé par les bruissements des feuilles et le doux balancement des branches dans le petit vent qui faisait frissonner la clairière. Un oiseau cria en passant au-dessus de leurs têtes. Naïa ne se rappelait plus ce qu’elle faisait là, obnubilée par la jeune elfe qui se tenait devant elle et la fixait. Elle lui semblait si inoffensive, avec ses grands yeux stupéfaits, ses vêtements déjà en friche déchirés par les épines du buisson lorsqu’enfin elle s’était levée, son attitude défensive.
La jeune voleuse hésitait, ne savait pas quoi faire, quoi dire, et finit par opter pour une franchise basée sur la confiance. Ellami Owladen. Ce nom ne lui disait rien. Elle se présenta d’une voix posée et qu’elle trouva trop grave à son goût :

Naïa Niils Elendir. Enchantée. Que fais-tu là, Ellami Owladen ?

Tout en parlant elle rangea ses lames, une à une.
Le petit poignard dans sa main droite glissa le long de son poignet pour se cacher dans un compartiment créé à cet effet dans son gantelet de cuir. Le couteau au manche plus épais retourna à sa place, accroché à sa ceinture, sur sa hanche gauche.
Ses gestes étaient calmes et mesurés, usés par l’habitude.

Alors qu’elle finissait de parler et levait un sourcil en signe d’interrogation, un coup de vent violent la projeta en arrière. Elle se cogna à un arbre, et resta là, affalée par terre, abasourdie par le choc. Elle se releva tant bien que mal, et aperçut une ombre massive entre les arbres à sa droite. Elle tourna la tête vers la jeune elfe et la découvrit également à terre, les yeux écarquillés mais de stupeur cette fois, à qui le buisson avait amorti la chute. Elle ne se relevait pas. En claudiquant, Naïa s’approcha, et voulut la tirer vers elle pour la dégager lorsqu’une seconde secousse les envoya dans l’herbe. La jeune voleuse sentit la colère lui tirailler les sens lorsqu’elle crut voir à une cinquantaine de mètre une ombre passer entre les arbres. Alors elle s’interrogea. Que cela pouvait-il bien être ? L’ombre de la forêt semblait en avoir après elles, sans qu’aucune des deux femmes qui s’interrogeaient du regard ne sachent pourquoi…
Naïa se dit alors qu’elle devrait absolument combattre cette ombre pour atteindre Sayandra, et l’aide de l’elfe ne serait pas de trop.

Elles s’étaient relevées, époussetées. Sans plus attendre, Naïa dit :

Je crois bien avoir vu une ombre après chaque coup de vent. Il faut la combattre, sinon elle nous tuera, ça ne fait aucun doute. Je vais la chercher. Vas-tu te joindre à…

Elle ne finit pas sa phrase, déjà une troisième bourrasque les terrassait. Elle se cogna brutalement à un rocher entre deux arbres ; une douleur l’assaillit du sommet de son crâne. Elle n’eut que le temps de voir un oiseau passer en piaillant, et sombra.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellami Owladen
Aventurier égaré
Aventurier égaré
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 22
Localisation : Sous la pluie...
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: L'ombre de la forêt   Sam 3 Avr - 15:48

Naïa. Elle avait prononcé son nom de manière trop méfiante au goût d'Ellami mais son souhait avait été exaucé. Et quel nom ! Elle ne l'avait jamais entendu auparavant, ce qui renforçait sa curiosité envers cette jeune femme. Pensive, elle ne prit pas garde au vent... L'elfe retomba dans le buisson d'où, après maints efforts, elle avait finalement réussi à s'extirper. Mais elle était de nouveau empêtrée ! Elle lança un coup de poing rageur dans les branches.

La jeune psyonique eut le pressentiment que son calvaire n'était pas terminé et ne chercha pas à s'enfuir de ce pétrin. Ce phénomène, comme l'avait senti Ellami, n'était pas naturel et se réitéra. Les branches de son buisson se refermèrent sur elle telles des chaînes. Prisonnière du buisson, elle ne pouvait bouger mais apercevait une silhouette à travers les branchages. Celle de Naïa. Ellami sortit sa tête puis son corps du buisson. Les deux femmes échangèrent un regard empli de questions. Soudain, l'elfe se sentit envahie par quelque chose. De l'intérieur. Une ombre. Elle lui emplit le cœur de sa noirceur et l'empêcha de balbutier quelques mots pour avertir sa compagne du danger imminent. Cette dernière ne semblait n'avoir rien remarqué quant à son comportement étrange. Elle lui parla même mais la jeune fille ne comprit que quelques mots. Ombre et tuera. Une troisième bourrasque l'acheva. Elle vit des étoiles mais réussit malgré tout à tromper l'ombre en créant une double d'elle-même s'enfuyant.

A bout de force et essoufflée, elle ferma les yeux. Elle ressortit une dernière fois de son buisson et aperçut sa compagne. Sa tête semblait avoir heurté une pierre ou une racine. Une vague de panique envahit Ellami. Que faire ? Elle n'avait jamais été confrontée à ce genre de situation, ce qui arrivait assez souvent depuis quelques temps. La jeune elfe perdit son calme. Non, non! Elle venait à peine de rencontrer cette femme et risquait déjà de la perdre ! Elle devait reprendre son calme afin de réfléchir à quoi faire... Elle se rapprocha de la blessée. Cette dernière ne paraissait pas trop mal en point. Il ne fallait rien faire qui puisse aggraver son cas mais elle ne pouvait pas la laisser ainsi. Elle souleva délicatement la tête de sa compagne, la retint d'une main ferme et retira la pierre à laquelle elle s'était heurtée.

Heureusement, elle ne saignait pas. Il n'y avait que bleus et bosses sur la zone meurtrie de sa tête. Elle lui bandait ses ecchymoses lorsqu’elle remarqua que Naïa luttait pour reprendre conscience. Elle recula, ayant appris par son maître que les réveils après une perte de conscience étaient parfois violents. Et ce fut le cas. La blessée eut un spasme, se recroquevilla sur elle-même et donnant des coups de pieds à un adversaire invisible. Soudain, cette crise stoppa et la jeune femme ouvrit les yeux. Elle semblait apeurée...

Tout va bien Naïa. Ne vous inquiétez pas. L'ombre est partie mais elle reviendra. Il faut songer à quitter cet endroit mais je ne peux pas vous porter. Vous pensez pouvoir marcher ?

Naturellement, Ellami avait vaincu sa timidité envers sa récente connaissance. Pour autant, elle ne lui parla pas de l'ombre qui l'avait envahie.

Elle aida la blessée à se relever, ramassa leurs affaires et, enfin, elle partirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Niils Elendir
modo volontaire
modo volontaire
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 403
Localisation : Où l'envie me vient d'y faire un petit tour ...
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: L'ombre de la forêt   Jeu 8 Avr - 23:09

Le réveil fut douloureux. Alors qu’elle ouvrait les yeux, Naïa vit une masse informe, noire, floue, la fixant avec intensité d’un regard semblable à celui de la jeune fille qu’elle venait de rencontrer. Pourtant cette vision n’avait rien d’une jolie jeune femme. Il émanait d’elle une puissance inconnue, qui vous clouait sur place, sans omettre de vous glacer le sang auparavant. Elle dut se rendre compte que Naïa était réveillée car elle se pencha (si on peut dire d’une masse faite de vent qu’elle se penche) vers elle et la jeune voleuse sentit une étreinte glacée l’empêcher de respirer. Elle suffoquait à présent, et se débattait comme elle pouvait de cette chose qui la pétrifiait et ne lui permettait pas d’user d’un seul de ses pouvoirs et capacités. Au bout d’une minute elle parvint à libérer ses jambes, sans qu’elle ne sache comment, et distribua coups de pieds et de mains à son adversaire imperturbable. Pas tant que cela, finalement. L’ombre noire disparut soudainement, permettant à Naïa de se réveiller.

A cet instant, à quelques pas de la place qu’occupait la masse sombre se trouvait la jeune femme aux oreilles pointues et au visage angélique. Elle tenait un linge dans sa main, et semblait un peu effrayée. Naïa se dit alors avec horreur que sa stupeur avait du être tout à fait visible et explicite sur sa figure. Elle se promit que cela ne se reproduirait plus. Elle se devait de garder son visage impassible, ses sentiments et pensées cachés et indéchiffrables dans son regard. L’elfe lui parla comme un médecin parle à son patient. Naïa tâta sa tête encore douloureuse et sentit sous ses doigts la grosseur de ses bosses bandées avec soin.

-Merci dit-elle à son interlocutrice. Elle mit dans sa voix toute la douceur dont elle était capable, ne voulant pas paraître une fois de plus méfiante et distante.
Ellami l’aida à se relever, et malgré son affaiblissement Naïa parvint à marcher à un rythme satisfaisant. Durant une bonne dizaine de minutes elles ne dirent rien, toute deux absorbées dans leurs pensées. Naïa réfléchissait à cette ombre noire qui lui semblait à présent bien irréelle, comme toute droite sortie d’un songe. Ou plutôt d’un cauchemar.
Elles marchaient discrètement, semblaient survoler le tapis forestier. Alors que Naïa glissait, affaiblie, Ellami la retint par le bras. Elles continuèrent le chemin accrochées par le bras. Au bout d’un moment, Naïa demanda une pause, et elles s’assirent. Elles mangèrent un peu. Se reposèrent. Elles avaient parcouru quelques kilomètres maintenant, et déjà Naïa avait retrouvé toutes es forces. Elle décida des grimper à un arbre proche ? Cela la détendait et lui permettait, loin du sol, de faire quelques acrobaties ou exercices de sauts. Cela était certes dangereux mais elle faisait en sorte de ne pas tomber, tout simplement, simple distraction.

Alors qu’elles rangeaient leurs affaires pour repartir, Naïa lança :
-Je dois me rendre à Sayandra, la cité des Elfes. Et toi, où vas-tu ? Je te posais la question lorsque cette « ombre » m’a interrompue… Si tu n’as pas d’objectifs précis, accepterais-tu de m’y accompagner ? De la compagnie ne serait pas de refus ! Qu’en dis-tu ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ombre de la forêt   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ombre de la forêt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forêt d'Ymir :: Nord de l'Empire. :: Forêt d'Ymir-
Sauter vers: